Association Internationale pour la Formation, la Recherche et l'Intervention Sociale
Rue de la Poste, 111 B-1030 Bruxelles, Belgique
Retour
Fiche communication...   N°  3581
Titre
Insertion et accompagnement des insérés permanents?  
Auteur(s)
HAMZAOUI Mejed  
     
Thème
 
Type
Recherche : orientée vers la pratique, action, évaluative...  
Résumé
Bibliographie
Présentation Auteurs
Communication
Résumé anglais
--
Tout
 
Résumé
Insertion et accompagnement des insérés permanents?

La lutte contre le chômage de longue durée et l’exclusion est devenue au cours des dernières années un enjeu politique majeur dans les pays de l’Union européenne : partout, les pouvoirs publics expérimentent et généralisent les dispositifs d’activation de l’allocation du chômage et de l’aide sociale (politique dite «active»).

L’objet de mon intervention porte sur le glissement progressif d’une problématique à l’origine centrée sur l’emploi et la protection sociale vers une gestion de l’insertion et de traitement social du chômage.
C’est dans cette situation de glissement largement déterminée par la dérégulation des protections sociales et du marché de travail qu’un secteur de l’insertion a émergé et s’est développé.

Ainsi se dégage une zone à l’intersection de la logique du travail et de l’assistance sociale qui s’adresse à des personnes qui ne relèvent véritablement ni d’une catégorie (statut de travailleur), ni de l’autre (statut d’assisté) mais constituent des groupes produisant des activités d’un «nouveau type» (activation de l’aide sociale et de l’allocation de chômage, parcours d’insertion, employabilité, etc.).

Dans le contexte actuel de l’ébranlement de l’Etat social, de la dégradation de la condition salariale et de l’affaiblissement de liens sociaux, que signifie la mise en œuvre d’une politique d’activation, d’accompagnement et d’employabilité ? Il nous semble impossible d’examiner la mise en œuvre de cette politique sans la replacer dans le contexte de l’émergence d’une société d’insertion qui vise à responsabiliser les personnes en situation de chômage et de précarité. Dans une logique de responsabilisation et de contrepartie l’insertion ne risque-t-elle pas d’être détournée de son sens premier pour servir un référentiel d’appréciation de la performance sociale des individus en situation de précarité?

Pour répondre à ces questions, nous essaierons d’une part, de replacer la politique d’activation dans le processus d’affaiblissement de l’Etat social et de la société salariale. D’autre part, nous tenterons d’analyser les enjeux et les limites d’une conception de responsabilisation et de contrepartie réduite à une démarche procédurale et un instrument de gestion de la précarité.

Cette communication est le résultat d’une série des travaux de recherche évaluatives des politiques d’insertion et d’employabilité, menés dans le cadre de l’Institut de sociologie de l’Université Libre de Bruxelles.

Bibliographie
CASTEL R., La montée des incertitudes : travail, protections, statut de l'individu, Paris, Éd. du Seuil, 2009
BECK U., La société du risque. Sur la voie d’une autre modernité, trad. de l’allemand par L. Bernardi. Paris, Aubier, 2001
BRESSON Maryse, Le Précaire et le Militant, Editions universitaires européennes, Sarrebruck, Allemagne, 2010.
EBERSOLD S., « La participation entre invisibilisation et affiliation sociale », in BOUQUET B., DRAPERI J-F., JAEGER M., Penser la participation entre économie sociale et en action sociale, Paris, Dunod, 2009.
HAMZAOUI M., "Travail social à l’épreuve de la politique d’insertion : le cas de la Belgique", in P. SANCHOU, (sous la dir. de), Le travail social en Europe: quelles formations pour quels métiers?, Ed. l'Université de Toulouse-Le Mirail, Coll. formation continue, Toulouse, 2000.
HAMZAOUI M., D. LEONARD D. et M. LEBRUN, « Participation des vulnérables dans la société d’insertion », Revue Les Politiques sociales, Collège international pour l’étude du changement dans les politiques sociales, Bruxelles, n° 3-4, 2010.
HAMZAOUI M. (sous la dir.de), L’insertion à géométrie variable : vers une gestion des ajustements temporaires, Revue Travail, Emploi et Formation (TEF), n° 10, éditée par le Centre de Sociologie du Travail, de l'Emploi et de la Formation, Université Libre de Bruxelles, 2012.
MARQUET E., Le Livre blanc des Missions Locales, Revue Ensemble n° 77, Collectif Solidarité Contre l’Exclusion, Bruxelles, 2012.
VRANCKEN D., Social barbare, Ed. Couleurs livres, Bruxelles, 2010.

Présentation des auteurs
HAMZAOUI Mejed, Professeur à la Faculté des Sciences sociales et politiques de l’Université Libre de Bruxelles (Belgique), mhamza@ulb.ac.be

Communication complète
La lutte contre le chômage de longue durée et l’exclusion est devenue au cours des dernières années un enjeu politique majeur dans les pays de l’Union européenne : partout, les pouvoirs publics expérimentent et généralisent les dispositifs d’activation de l’allocation du chômage et de l’aide sociale (politique dite «active»).

L’objet de mon intervention porte sur le glissement progressif d’une problématique à l’origine centrée sur l’emploi et la protection sociale vers une gestion de l’insertion et de traitement social du chômage.
C’est dans cette situation de glissement largement déterminée par la dérégulation des protections sociales et du marché de travail qu’un secteur de l’insertion a émergé et s’est développé.

Ainsi se dégage une zone à l’intersection de la logique du travail et de l’assistance sociale qui s’adresse à des personnes qui ne relèvent véritablement ni d’une catégorie (statut de travailleur), ni de l’autre (statut d’assisté) mais constituent des groupes produisant des activités d’un «nouveau type» (activation de l’aide sociale et de l’allocation de chômage, parcours d’insertion, employabilité, etc.).

Dans le contexte actuel de l’ébranlement de l’Etat social, de la dégradation de la condition salariale et de l’affaiblissement de liens sociaux, que signifie la mise en œuvre d’une politique d’activation, d’accompagnement et d’employabilité ? Il nous semble impossible d’examiner la mise en œuvre de cette politique sans la replacer dans le contexte de l’émergence d’une société d’insertion qui vise à responsabiliser les personnes en situation de chômage et de précarité. Dans une logique de responsabilisation et de contrepartie l’insertion ne risque-t-elle pas d’être détournée de son sens premier pour servir un référentiel d’appréciation de la performance sociale des individus en situation de précarité?

Pour répondre à ces questions, nous essaierons d’une part, de replacer la politique d’activation dans le processus d’affaiblissement de l’Etat social et de la société salariale. D’autre part, nous tenterons d’analyser les enjeux et les limites d’une conception de responsabilisation et de contrepartie réduite à une démarche procédurale et un instrument de gestion de la précarité.

Cette communication est le résultat d’une série des travaux de recherche évaluatives des politiques d’insertion et d’employabilité, menés dans le cadre de l’Institut de sociologie de l’Université Libre de Bruxelles.

Résumé en Anglais

Non disponible

 

 
     
         
Retour