tout savoir...
Retour

Tarifs pour le 8ème congrès

- Communicants avant le 1er juin : 295 Euros
- Communicants après le 1er juin: 345 Euros
- Participants avant le 1er juin : 350 Euros
- Participants après le 1er juin : 410 Euros

Ces tarifs incluent l’accès à toutes les séances du congrès, la fourniture du programme du congrès imprimé, les pauses cafés du matin, les repas de midi des mardi, mercredi et jeudi, ainsi que la soirée festive (l’inscription en ligne est obligatoire pour la soirée).


Tarif dégressif

Il est appliqué automatiquement par le logiciel d’inscription et uniquement de cette façon :

  • à partir de 5 inscriptions simultanées (de communicants ou participants exclusivement) et avec une seule facture : moins 20 euros sur chaque inscription soit 100 euros d’économie pour 5 inscrits.
  • à partir de 10 inscriptions simultanées (de communicants ou participants exclusivement) et avec une seule facture : moins 30 euros sur chaque inscription soit 300 euros d’économie pour 10 inscrits.

Le tarif dégressif est appliqué jusqu'au 1er juin. Aucune réduction ne sera appliquée après le 1er juin.


Désistement

  • Tout désistement jusqu'au 11 juin, donnera lieu à une retenue de 50 € de frais de gestion, sauf en cas de transfert d'inscription, sur le montant du remboursement.
  • Tout désistement intervenant entre le 12 juin et le 25 juin : 100 € de retenue.
  • Tout désistement intervenant après le 25 juin et jusqu'à l'ouverture du Congrès : 200 € de retenue.
  • Tout désistement intervenant à partir du démarrage du Congrès ne donnera lieu à aucun remboursement.

L’inscription s’effectue uniquement en ligne sur le site aifris.eu.Le paiement fonctionne avec un système de e-paiement par carte bancaire pour tous les pays. Une facture acquittée est délivrée au plus tard sous huitaine.Les collectivités territoriales, les universités ou les établissements publics qui procèdent par ordre de paiement doivent effectuer l’inscription, éditer la facture et prendre contact avec le trésorier de l'AIFRIS, tresorier@aifris.eu.


Tarif réduit

Le tarif réduit est fixé à 135 Euros.
C’est un tarif exceptionnel non automatique et donc non disponible en ligne. Il concerne les personnes appartenant à des organismes communautaires, les membres du CSP, les retraités non mandatés, les étudiants sans ressources et autres exceptions.

Ce tarif est appliqué, sous conditions, après contact avec le coordinateur de paiement, tresorier@aifris.eu, fourniture des pièces justificatives et étude par la commission ad hoc.Les Libanais résidants au Liban souhaitant bénéficier du tarif réduit pourront prendre contact avec la présidente du comité d'organisation elfs@usj.edu.lb.

Le tarif réduit est applicable jusqu'au 1er juin. Aucune réduction ne sera appliquée après le 1er juin.


Désistement des tarifs réduits :

  • Tout désistement jusqu'au 11 juin, donnera lieu à une retenue de 25 € de frais de gestion, sauf en cas de transfert d'inscription, sur le montant du remboursement.
  • Tout désistement intervenant entre le 12 juin et le 25 juin : 45 € de retenue.
  • Tout désistement intervenant après le 25 juin et jusqu'à l'ouverture du Congrès : 95 € de retenue.
  • Tout désistement intervenant à partir du démarrage du Congrès ne donnera lieu à aucun remboursement.

 


Beyrouth 2019
8ème congrès de l'AIFRIS

Sociétés plurielles, Travail social
et Vivre ensemble

(2 - 5 juillet 2019)

Montréal 2017


Quoi de plus significatif que Beyrouth pour cristalliser au mieux cette thématique devenue à l’heure actuelle une réalité mondiale ? Cette ville du Proche-Orient dans sa pluralité d’appartenances religieuse, communautaire, culturelle, et malgré ses vagues de crises successives, ne cesse de manifester dans ses rues et ses places la mémoire du vivre ensemble libanais. C’est à Beyrouth où cohabitent églises et mosquées, où s’exprime le multilinguisme, où l’histoire des civilisations transperce les ruines de la guerre et le modernisme de la reconstruction. Chers lecteurs et lectrices, Beyrouth s’apprête à vous recevoir, à bras ouverts sur la Méditerranée orientale. Il est vrai qu’elle se situe dans l’instabilité constante mais réussit toujours à trouver son équilibre. Comme l’a si bien dit A.Corban, elle est « tel un bateau qui vacille en mer au milieu de la tempête et qui, cependant, ne chavire pas ». En effet, qu’elle soit martyre ou souffrante, Beyrouth demeure cette ville vivante qui ne donne pas lieu à l’indifférence. [ extrait de l'Édito La Lettre n°36 ]