Espace Communicants
Appel à communications
L'espace communicant vous permet de déposer des propostitions de communication et de les gérer...
Déposer une proposition de communication
 
à partir de
date limite
résumé de la communication
novembre 2018
31/01/2019
communication complète
novembre 2018
3/06/2019
communication au format pdf
novembre 2018
-


Espace Congrès
Pour tout savoir sur le congrès...
 
Programme du congrès
 
Organisation...
 
Tarifs...
 
Hébergements...
 
Découvrir Beyrouth et sa région...
à venir


Espace Inscriptions
Communicant ou participant, vous pouvez gérer ici vos inscriptions au congrés...
Je ne suis pas inscrit(e)...
 
Inscription en ligne
févrirer 2019
 
Je suis déjà inscrit(e)...
 
S'inscrire aux ateliers, forums . . .
(attention, utilisez les identifiants spécifiques qui vous ont été transmis par courriel...)
juin 2019



Beyrouth 2019
8ème congrès de l'AIFRIS

Sociétés plurielles, Travail social
et Vivre ensemble

(2 - 5 juillet 2019)

Montréal 2017


Quoi de plus significatif que Beyrouth pour cristalliser au mieux cette thématique devenue à l’heure actuelle une réalité mondiale ? Cette ville du Proche-Orient dans sa pluralité d’appartenances religieuse, communautaire, culturelle, et malgré ses vagues de crises successives, ne cesse de manifester dans ses rues et ses places la mémoire du vivre ensemble libanais. C’est à Beyrouth où cohabitent églises et mosquées, où s’exprime le multilinguisme, où l’histoire des civilisations transperce les ruines de la guerre et le modernisme de la reconstruction. Chers lecteurs et lectrices, Beyrouth s’apprête à vous recevoir, à bras ouverts sur la Méditerranée orientale. Il est vrai qu’elle se situe dans l’instabilité constante mais réussit toujours à trouver son équilibre. Comme l’a si bien dit A.Corban, elle est « tel un bateau qui vacille en mer au milieu de la tempête et qui, cependant, ne chavire pas ». En effet, qu’elle soit martyre ou souffrante, Beyrouth demeure cette ville vivante qui ne donne pas lieu à l’indifférence. [ extrait de l'Édito La Lettre n°36 ]