Fiche Documentaire n° 2012

Titre A la rencontre des territoires, des étudiants en quête d'Histoire(s) ...Contacter l'auteur principal...
Auteur(s) CRESTA Patricia
LESCIEUX Anne
 
     
Thème Sens et enjeux de la connaissance de l'histoire pour les territoires dans la formation des assistants de service social  
Type Analyse d'expérience : d'intervention, de formation, de recherche...  

Résumé | Bibliographie | Les auteurs... | Article complet | PDF .fr | Résumé en anglais | PDF .Autre langue | Tout afficher

Résumé

A la rencontre des territoires, des étudiants en quête d'Histoire(s)

A la rencontre des territoires, des étudiants en quête d'histoire(s)...
La transmission de savoirs par la collecte de récits d’anciens salariés du textile.

Les différents mouvements de décentralisation transforment depuis plusieurs années les politiques sociales françaises impactant l'intervention des travailleurs sociaux. Le déploiement de nouvelles territorialisations, les enjeux socio-économiques et politiques qui y sont rattachés, s'imposent inéluctablement aux travailleurs sociaux dans leur action auprès des populations et dans leurs espaces de vies avec toujours pour finalité le vivre ensemble.

Dans ces contextes complexes porteurs d’enjeux de développement local, il s'agit pour nous, centre de formation de donner les clefs de compréhension de la notion de territoire aux étudiants en la laissant penser pour un développement par et pour les usagers/ habitants et ce, dès l'entrée en formation.

Le Nord pas de Calais est porteur d’une histoire sociale riche, liée au travail, et qui a façonné et façonne encore l’histoire des hommes et des territoires. Les étudiants assistants sociaux seront amenés dans leur future pratique professionnelle à travailler sur ces territoires porteurs d’une histoire sociale forte. Ils y accompagneront des populations marquées par le chômage ou la disqualification sociale, parfois en perte de repères, ce qui suppose de savoir repérer les ressources et dynamiques existantes. Ils seront amenés, nous l’espérons, à initier ou à participer à des projets dans les champs culturels, économiques et sociaux, qui dépassent la dimension uniquement individuelle pour se situer sur des enjeux de développement collectif et de territoire.
Comment l’histoire sociale, et notamment celle liée au travail peut elle être aujourd’hui un facteur de développement ? Comment les travailleurs sociaux peuvent ils s’en saisir ? Avec quelle limite ? Comment former les étudiants ? Quelle est la place des acteurs porteurs de cette histoire dans la transmission des savoirs?
Des le début de la formation, Les étudiants en 1ere année ont recueilli des témoignages d'anciens salariés du textile (ouvriers, patrons, syndicalistes, Assistantes sociales,...) Ces récits mis en forme ont donné lieu à une exposition présentée lors d’un café citoyen où un projet de cité régionale des gens du textile est mise au débat et porté par d’anciens ouvriers.
Cet exercice s’est appuyé sur des rencontres et des visites de lieux d’histoires ou de réappropriation de la mémoire collective, le visionnage de films et des interventions d'associations et d’historiens.
Ce parti pris pour découvrir le territoire dès l’entrée en formation via l'histoire sociale est un choix pédagogique. Il n'occulte pas les autres dimensions du territoire abordées grâce aux diagnostics locaux que les étudiants réaliseront dans la continuité de ce travail et tout au long du premier semestre. Il sera complété par des enseignements liés au développement social local, à l'économie sociale et solidaire et bien sûr aux stages.
Cette communication a pour objet la présentation de ce travail pédagogique de collecte de récits sur l’histoire sociale comme clef d’entrée dans le territoire et enjeux de transmissions de savoirs : Histoire sociale liée au travail, qui parle aussi de migrations, de luttes et progrès sociaux, d’identité et qui questionne l’avenir et les dynamiques de projets … Comprendre l’histoire est considéré ici comme essentiel pour se situer aujourd’hui et pouvoir se projeter dans l’avenir, tant d’un point individuel que collectif.
Cet exercice nous amène à réfléchir à une pédagogie plus intégrative, ancrée dans le territoire et associant les acteurs. Il vise la formation de professionnels soucieux d’ancrer leur pratique dans la prise en compte des besoins des populations, de leurs histoires, sachant y déceler ressources et compétences et se situant dans une compréhension élargie de l'environnement du travail social.

Bibliographie

BRUSTON André (dir), Des cultures et des villes. Mémoires au futur, Ed. De l'Aube, 2005.
BAVZKO Bronislaw, Les imaginaires sociaux: mémoires et espoirs collectifs, Payot, Paris, 1984
CANDAU Joël, Anthropologie de la mémoire, Coll. Que sais-je ?; Paris, PUF, 1996.

JEUDY Henri-Pierre, Mémoires du social, PUF, Paris, 1986.
HALBWACHS Maurice, la mémoire collective, Albin Michel, 1994,
Philippe MONDOLPHO, Travail social et développement, Dunod, Paris, 2001
RICOEUR, mémoire, histoire et oubli
S/d JM GOURVIL et M. KAISER, Se former au développement social local, Dunod , Paris , 2008
SAIDI Hédi, Discriminations et mémoires, quelles histoires ?, Geai bleu éd., Roubaix, 2006, 246 p.
WYBO Mathilde, Des territoires et des hommes. La mémoire partagée, Archives communales de Douai, 2006.

Présentation des auteurs

Patricia Cresta, Formatrice ISL
Anne Lescieux, Formatrice ISL

Communication complète


Non disponible

Résumé en Anglais


Non disponible