Fiche Documentaire n° 5768

Titre À la croisée des chemins? Bilan d’une initiative de dialogue transnational Canada-Liban-Arménie à l'intersection de crises multiples

Contacter
l'auteur principal

Auteur(s) CARON Roxane
ELIAS berna
BOGOSSIAN aline
 
     
Thème  
Type Analyse d'expérience : d'intervention, de formation, de recherche...  

Résumé | Bibliographie | Les auteurs... | Article complet | PDF .fr | Résumé en anglais | PDF .Autre langue | Tout afficher

Résumé

À la croisée des chemins? Bilan d’une initiative de dialogue transnational Canada-Liban-Arménie à l'intersection de crises multiples

La pandémie mondiale de COVID-19 a eu des impacts profonds et a renforcé les vulnérabilités et les inégalités existantes (ex: précarité économique, instabilité politique, fragilisation des liens sociaux) et ce, pour différentes populations dans plusieurs endroits dans le monde (Aubert et al, 2020; ; Côté et al., 2020; Damon, 2020). Ce contexte d’urgence sanitaire a particulièrement mis à rude épreuve certains pays ayant en plus été confrontés à de multiples catastrophes humaines et naturelles dont les effets ont été considérables pour les populations touchées de même que pour les intervenant.e.s sociaux qui les soutiennent. Ainsi, éducateur.trice.s, chercheur.e.s et toutes personnes touchées par les crises ont déployé leur agentivité et puisé dans leurs ressources personnelles et communautaires. Plusieurs d’entre elles se sont par conséquent retrouvées à faire face à des situations de vulnérabilité et de trauma. C’est dans ce contexte que des initiatives transnationales – une initiative de « soutien spontané » aux personnes touchées - comme la nôtre prennent un sens quand elles visent à soutenir l’intervention, les intervenant.e.s et la réflexion sur et dans l’action.

Cette communication propose d’effectuer un retour critique et réflexif sur une initiative mise sur pied à l’École de travail social de l’Université de Montréal à la suite de deux événements spécifiques dont les effets se sont combinés à la pandémie mondiale: l'explosion dans le port de Beyrouth le 4 août 2020 et la guerre du Haut-Karabakh qui a débuté le 27 septembre 2020. L’objectif de notre initiative était de co-créer un espace de dialogue et de collaboration transnationale réunissant intervenant.e.s, professeur.e.s et étudiant.e.s en travail social au Liban, en Arménie et au Canada, et cela, afin de promouvoir l’entraide et le soutien psychosocial « à travers les frontières ». En réponse aux questions de l’axe 1 du colloque de l’AIFRIS 2022, notre présentation cherche à explorer la portée transformatrice mais aussi, les limites d’un dialogue transnational réunissant acteur.rice.s de l’intervention et de la formation. Elle se divisera en deux temps. D’abord, nous présenterons la genèse de notre initiative en explorant l’intention de départ de celle-ci puis son évolution passant d’un espace de soutien et de solidarité à un espace de réflexion à travers le développement d’une communauté de pratique transnationale. Puis, nous élaborerons sur les défis inhérents à notre initiative dont celui de réunir des acteur.trice.s vivant certes les effets de crises mais dans des contextes parfois fort différents. Si au départ, nous étions animées par un sentiment de solidarité la question est de savoir aujourd’hui quel est le sens de la responsabilité et de la solidarité transnationale des acteur.rice.s touché.e.s par les crises? Afin d’avancer dans cette réflexion, nous proposons une discussion collective autour de ces questions: 1) Quelle place et quelle portée pour un tel dialogue entre intervenants, chercheur.e.s, étudiant.e.s et enseignant.e.s en contexte de crises multiples ? 2) Qu’est-ce qui émerge lorsque nous sommes pris.es dans la double posture de professionnel.le et de personne concernée? Et, 3) Comment aborder les rapports de pouvoir et les responsabilités à travers de ce dialogue? Cette présentation invitera donc les participants à réfléchir avec nous sur le sens et la réalisation des actions dites 'empowering', afin que nous puissions examiner ensemble les limites, les opportunités et les remises en question à la suite du dialogue initié autour d'une communauté de pratique transnationale.

Bibliographie

Aubert et al. (2020). Les inégalités sociales face à l’épidémie de Covid-19. État des lieux et perspectives. Dossier DREES.

Côté, D., Dubé, J. & Frozzini, J. (2020). Précarité et inégalités sociales de santé au travail à l’ère de la COVID-19. Nouveaux Cahiers du socialisme, (24), 216–220.

Damon, J. (2020). La crise du Covid-19, révélatrice ou amplificatrice des inégalités ? Institut Montaigne https://www.institutmontaigne.org/blog/la-crise-du-covid-19-revelatrice-ou-amplificatrice-des-inegalites

Kim, S. J., & Bostwick, W. (2020). Social Vulnerability and Racial Inequality in COVID-19. Deaths in Chicago. Health Education & Behavior: the Official Publication of the Society for Public Health Education. doi 10.1177/1090198120929677.

Présentation des auteurs

Berna Elias est titulaire d'un diplôme d'études approfondies (DEA) en psychologie sociale et est actuellement candidate au doctorat à l'École de travail social de l'Université de Montréal. Mme Elias a plus de dix ans d'expérience en tant que travailleuse sociale dans un contexte multiculturel à l'international. Elle s'intéresse au soutien des personnes en situation de neurodiversité, de leurs familles et des intervenant.e.s . Ses intérêts de recherche portent sur le partenariat enfant-parent-praticien dans l'intervention, le contexte transculturel et la recherche participative partenariale. Berna Elias inscrit ses travaux dans la sociologie clinique et dans des approches à la fois réflexive, compréhensive, critique et interdisciplinaire.

Roxane Caron est professeure agrégée à l’École de travail social de l’Université de Montréal. Elle a une longue expérience comme travailleuse sociale au Québec et à l’étranger. Depuis 2005, sa pratique se concentre au Québec comme au Liban. Elle a développé une expertise théorique sur les enjeux entourant les réfugiés et la migration dans une perspective féministe transnationale et décoloniale. Ses travaux se concentrent principalement sur les réalités des femmes réfugiées, la vie en camps de réfugiés et l’exil prolongé.

Aline Bogossian est professeure adjointe à l’École de travail social, Université de Montréal et travailleuse sociale. Ses recherches portent sur les enjeux éthiques et sociaux touchant les enfants présentant des maladies chroniques ou des troubles de développement, leurs proches et les professionnels de la santé et de services sociaux. En pratique, en enseignement et en recherche, elle privilégie une approche collaborative, participative et réflexive qui s'aligne avec des théories du travail social axées sur la croissance et préoccupées par l'impact de l'environnement social sur le bien-être.

Communication complète


Non disponible

Résumé en Anglais


Non disponible